Média Decriiipt
12.10.20
4 MIN

L’Icam est une école d’ingénieur·e généraliste, qui accueille des élèves juste après le bac, avec 3 parcours différents, proposant également de l’alternance. Créée il y a plus d’un siècle, l’école compte aujourd’hui 6 campus en France et 5 à l’international.

Créer une relation élèves-école

L’Icam se distingue des autres écoles par le côté humain que nous nous efforçons d’intégrer à son cursus, tant par la prise en charge et l’accompagnement des étudiant·e·s qu’avec notre rapport avec la communauté des ancien·ne·s élèves. Par ailleurs, cette communauté reste active et garde un lien régulier avec l’école, même plusieurs années après leur diplôme.

Y voir plus clair sur les débouchées

Une de nos principales problématiques, en étant une école d’ingé généraliste, est d’éclairer les élèves de lycée tout comme leurs parents sur les débouchées qu’apporte ce type de formation. En effet, même si le terme “ingénieur” est connu de beaucoup de personnes, les métiers possibles et la carrière qui en émane, restent flous. De plus, le secteur de l’enseignement supérieur, notamment lorsqu’il s’agit d’école d’ingé, est très compétitif. Nous cherchions donc une manière d’informer les familles et élèves, tout en se différenciant de nos concurrents.

La voix comme vecteur d’émotion

Nous avions l’habitude des témoignages écrits, c’est donc tout naturellement que nous nous sommes dirigé·e·s vers le podcast. Nous étions d’accord sur un fait : la voix est un élément ultra fort. Aussi, pour un coût à la minute moindre que la vidéo, l’audio permet de raconter encore autre chose que le son et l’image ne le font. De plus, il apporte cet aspect humain qui nous est cher. Nous avons donc créé Parcours d’ingénieurs, grâce notamment à Louie Media, qui nous a beaucoup apporté sur la “culture podcast” qui nous manquait dans l’équipe.

Valoriser les alumni et leur parcours

Nous avons sélectionné des diplômé·e·s dont le parcours était intéressant, comme celui de Valérie Vausselin qui a créé Aroma-Zone, ou ceux atypiques, comme Hubert Motte qui s’est lancé dans l’entrepreneuriat social et solidaire, en lançant La Vie est Belt. L’objectif ici était donc de valoriser le métier d’ingénieur·e tout en mettant en avant les parcours de nos alumni, depuis l’école jusqu’à leur vie professionnelle actuelle.

Adapter nos supports en fonction des usages

Au gré des échanges sur les salons étudiants et avec nos élèves, nous avons fait deux découvertes. La première étant que nombre de personnes nous écoutent uniquement pendant leurs trajets (pour le lycée, le travail, etc.), ne consommant des podcasts que sur ces périodes de mobilité. Il nous a donc fallu aussi promouvoir les écoutes à d’autres moments, et sur d’autres plateformes. La seconde découverte était que certaines personnes n’écoutent des podcasts que sur YouTube, et c’est donc un des challenges de ce format : il est nécessaire d’être là où les auditeurs vont vous trouver, et donc multiplier les plateformes de diffusion.

69% d’écoutes sur des supports mobiles

Et les résultats sont là ! Un tiers des élèves entré·e·s en septembre 2020 connaissent notre podcast et l’écoutent. Nous étions à plus de 8100 écoutes entre octobre 2019 et mars 2020, dont 12,5% sur YouTube, un chiffre que nous n’attendions pas aussi élevé. Au total, la communication autour des épisodes a générée plus de 54k impressions sur les réseaux sociaux (Instagram, Facebook et LinkedIn), toujours sur cette même période. Nous avons également 69% de nos écoutes faites via des terminaux mobiles. Cela ne nous étonne pas, puisque l’écoute de podcast se fait souvent dans les transports.