22.02.22
6 MIN

Cet article est la retranscription écrite d’une capsule audio diffusée lors de la 2e édition des Audio Days. Pour en savoir plus sur cet évènement, rendez-vous sur audio-days.com. Vous pouvez également écouter la capsule à la fin de cet article.


Au passage, nous organisons un webinar sur le pilotage de campagnes d’influence marketing, dans le retail. Au programme, focus sur les tendances actuelles d’influence, les bonnes et mauvaises pratiques et les nouveaux outils qui simplifieront vos process… Un webinar co-organisé avec nos amis de chez Skeepers. Inscrivez-vous en cliquant sur l’image ci-dessous :


Je suis Mathieu Staat, directeur général en charge de l’omnicanalité au sein du Groupe Printemps. Le groupe Printemps, c’est quoi ? C’est bien sûr le Printemps, mais également Citadium et puis deux pure players qui, eux, sont Made in Design et Places des Tendances. Je voulais vous partager trois tendances très fortes qui émergent.

La première, c’est une digitalisation totale des modes de vie. Ça s’est accéléré, bien sûr, avec le Covid. Face à ça, il y avait des entreprises comme les nôtres qui n’étaient pas forcément préparées, on a dû tout chambouler : la façon de travailler, on a recherché de nouveaux profils, les Road Maps n’étaient absolument pas non plus en adéquation avec les nouveaux modes de consommation. Le smartphone et l’utilisation du télétravail a fait aussi que les zones de chalandises se sont complètement transférées sur d’autres endroits. Donc, on n’avait plus son petit magasin habituel, on n’avait plus l’habitude et tout ça, ça s’est réinventé. Le magasin doit aussi et a dû se réinventer à ce moment-là parce que les gens voulaient trouver autre chose que ce qu’ils pouvaient trouver avant, avec en plus le risque de contamination. Donc, ça a commencé par le click collect, où on rentrait plus dans le magasin mais on voulait continuer d’acheter. Et puis derrière, quitte à y rentrer, c’est : qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui se passe de différent ? Et aujourd’hui, les clients cherchent de plus en plus à être touchés, à vivre quelque chose en magasin, à vivre des expériences, à sortir d’un parcours d’achat purement classique. Et d’ailleurs, c’est ce qui a impacté un moment donné la formation des vendeurs qui sortaient d’un rôle un peu plus traditionnel. Au Printemps, on a pris ce virage là, bien évidemment, en rendant nos magasins et les visites les plus expérientielles possible. Avec par exemple, aujourd’hui, on propose des conférences, des master class, des animations. Quand vous rentrez dans le magasin, il se passe quelque chose. On n’est plus simplement en attente de quelqu’un qui vient acheter un produit.

La seconde tendance, c’est la démoyennisation de la société. Qu’est-ce que ça veut dire la démoyennisation de la société ? Ça veut dire que le digital fait qu’aujourd’hui, chacun peut s’exprimer d’une façon beaucoup plus libre et se regrouper autour de thèmes, autour de microcosmes, autour de réseaux sociaux, autour de communautés, ce qui donne une voix de plus en plus forte à tout un chacun, il y a ces groupes qui se constituent. Une fois qu’on a dit ça, c’est une opportunité pour l’ensemble des marques et des retailers de pouvoir mieux comprendre et segmenter ces populations. C’est-à-dire comment je vais personnaliser la façon dont je vais leur parler et comment je vais personnaliser les offres. Comment je vais faire sentir aux clients une proximité plus forte et comment je vais être capable de fragmenter mes communications vers lui. Donc, en tant que retailer, alors on est clairement dans cette logique où le digital nous a offert plus de data.

Le troisième phénomène, et c’est le plus important que je voulais partager avec vous, ce sont les nouveaux modes de consommation. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont plutôt assimilés à une consommation plus sobre. Alors oui, vous allez me dire il y a toujours une approche un peu schizophrène des individus qui vont dire moi, je vais faire attention à mon empreinte carbone, mais dans le même temps ils vont acheter sur des applications chinoises des produits pas forcément aux normes CE et avec une empreinte carbone désastreuse. Quand on regarde évidemment le fait qu’il faut les faire venir et assez vite (en avion) parce qu’on n’a pas envie d’attendre trop longtemps. Donc, cette façon de consommer, en fait, se traduit à plusieurs niveaux.nLa première, c’est de la consommation locale, donc les gens veulent acheter en proximité. On entend reparler d’acheter français et du coup, les gens ont besoin de savoir ce qu’ils consomment. Si je veux faire un parallèle avec ce qu’on a fait au Printemps pour aider les consommateurs dans leur choix, on a créé un label qui se base sur 450 critères nous permettant d’identifier les marques qui répondent à ces critères d’éco responsabilité. L’idée, c’est que nous soyons tous « Unis vers le beau responsable », c’est d’ailleurs le nom de notre label. Donc, en magasin, vous allez pouvoir retrouver, via des petites pastilles justement, les marques qui répondent à ces exigences. Deuxième sujet très lié à cette consommation plus sobre, c’est la seconde main. La seconde main est en train d’exploser. Alors ça a commencé par les biens électroniques, les vêtements, et ça continue. D’ailleurs en 2021, un tiers des cyberacheteurs auraient fait au moins un cadeau de Noël de seconde main, ce qui est exceptionnel. Donc, comment demain, prendre part à ce marché et répondre à cette demande ? Là encore au Printemps, petit exemple de ce qu’on a fait, on a ouvert un espace qui est fabuleux que je vous invite à visiter au Printemps Haussmann. C’est plus de 1000 mètres carrés qu’on appelle le Second Printemps, vous pouvez venir vendre et acheter vos pièces de luxe ou créateurs. 

Autre phénomène connexe à tout cela qui est en train d’émerger, c’est la location. On a une nouvelle relation par rapport à la propriété et de plus en plus, on raisonne en valeur d’usage. Donc, je cherche plus à posséder, je vais chercher à utiliser et optimiser l’utilisation. Un exemple de ça, c’est Decathlon Belgique qui avait fait une campagne assez tonitruante : « Utilisez, n’achetez pas ! » On pouvait s’abonner pour avoir ces outils de musculation au moment où on le voulait, en général avant l’été. Alors au Printemps, on regarde évidemment bien sûr aussi comment s’approprier cela autour, par exemple des meubles, des montres, etc… 

Et, dernier sujet sous-jacent à ce nouveau mode de consommation plus responsable, c’est quelque chose qu’on voit, je ne pensais pas qu’on pouvait d’ailleurs encore aller plus loin, c’est encore une digitalisation plus forte des moyens de consommer. Si vous ne connaissez pas, aujourd’hui, on a la possibilité de s’acheter une garde robe totalement virtuelle. La virtuelle fashion existe alors pour le coup, c’est beaucoup plus écoresponsable que d’aller fabriquer à l’étranger des vêtements. Sachant que cette garde robe, vous pouvez vous l’appliquer sur des photos, vous allez la partager sur Instagram ou votre réseau social préféré. Au dessus de ça, vous pouvez même acheter maintenant des pièces qui vont être des pièces numérotées que vous pourrez revendre, les fameuses NFT. Revendre et donc dire tiens, là, j’ai une pièce incroyable, je suis le seul à l’avoir, je vais aller la revendre parce qu’il y a un marché d’offres et de demandes. Et derrière, ce qu’on est en train de voir aussi, c’est le fameux metaverse, cette espèce d’espace digital dans lequel, avec vos NFT, vos cryptomonnaies, un nouveau business, le business de demain est en train de se réinventer. Je n’y croyais pas trop mais vu le nombre de startups et le chiffre d’affaires qui commence à être réalisé dans ce metaverse, je pense qu’il faut collégialement tous s’y intéresser. 

Comme ce média Decriiipt, les Audio Days sont une création originale de notre Groupe Iteractii et de Intuiti, avec le soutien de supers partenaires et sponsors. Vous souhaitez nous écrire ? Envoyez-nous un mail à l’adresse contact@groupe-iteractii.com.

Cette capsule audio est également disponible sur les plateformes suivantes : DeezerSpotifyApple Podcast