Média Decriiipt
29.10.19
3 MIN
Julie Arend - Fondatrice de FRAICHE Paris

FRAICHE est une jeune marque de prêt-à-porter qui propose des collections de vêtements au style “retro 70s”.

Produire local, un engagement qui coûte cher

J’ai lancé FRAICHE il y a un peu plus de deux ans avec l’ambition de proposer un vestiaire « retro mais pas vieillot ». L’idée étant de revisiter des classiques vestimentaires des 70s et 80s. Le concept adjacent ? Revenir à la qualité de production de ces années passées, en assurant une confection locale parisienne qui garantit un savoir-faire, selon moi, inégalable.

Mais qui dit local, dit des coûts de revient bien supérieurs à ceux de la concurrence. Ce qui impact directement nos marges. Quand la moyenne du marché avoisine les 8% de marge, la nôtre tourne autour de 3%.

Garder, malgré tout, une qualité de production optimale

Notre ambition première est de garder un niveau de qualité élevé dans la confection de nos produits. Et les coût engagés font que si nos marges sont moindres, il nous est très difficile de répondre aux demandes des distributeurs désireux de travailler avec nous : nous n’avons pas de marge à partager. Nous réfléchissons actuellement à faire évoluer notre business model en ce sens. Mais en attendant, nous travaillons sans cesse à “éduquer” nos clientes qui ne sont pas dupes. Elles comprennent, par exemple, qu’un produit soldé à -70% n’était pas à son juste prix en dehors des périodes de soldes. Il nous reste pourtant beaucoup d’efforts à fournir pour continuer à les sensibiliser aux prix de nos produits. Et ce, face à une concurrence féroce qui propose une production outsourcée.

Instagram comme porteur de valeurs

Instagram représente le canal idéal pour véhiculer nos messages d’évangélisation. Et heureusement pour nous, les visiteurs sont de plus en plus avertis sur les posts de marque. Partant de ce constat, nous avons pu accentuer notre “communication vraie” sur ce canal. Notamment via des posts mettant en avant notre savoir-faire et notre production “made in Paris”. A force de répéter le message, il se fera entendre et surtout, il sera mémorisé 😉

Instagram, entre drive-to-store et notoriété croissante

J’assure seule la direction artistique de notre compte Instagram. Je suis aidée par une chef de projet qui gère la création graphique et m’assiste dans la cohérence de notre feed. Les résultats portent désormais leurs fruits. Aujourd’hui, ¼ de notre clientèle boutique affirme nous avoir connu grâce à ce réseau social.

Nous avons également remarqué un lien entre les produits mis en avant en “Story” et les ventes sur notre boutique en ligne. Et même si nous en faisons peu, par choix, certaines actions très ciblées avec des instagrameuses nous ont permis d’être rapidement “sold out” sur des sélections de produits.