Média Decriiipt
09.08.19
4 MIN
Petit Web : 7 ans de newsletter et 44k abonnés plus tard

Benoit Zante a contribué à développer pendant près de 7 ans la newsletter hebdomadaire de « Petit Web » (média de référence en France sur l’innovation numérique). Son retour d’expérience met en lumière les bonnes pratiques qu’il a pu utiliser pour animer une communauté de 44K membres.

Chercher la frugalité

Petit Web s’est lancé avec peu de moyens, sans levée de fonds. Pour réussir, il fallait donc émerger par la qualité des contenus plutôt que par une stratégie d’acquisition d’audience. Le peu de moyen incite ainsi à l’agilité et à l’expérimentation, mais aussi à l’efficacité.

Si vous voulez exister sans budget d’acquisition et avec une récurrence de publication moins forte que votre concurrent, eh bien il faut être astucieux ! Conséquence : la croissance est saine.

Une ligne éditoriale et une identité fortes, nothing more !

La particularité de « Petit Web » est son ton, marqué par la volonté d’être proche des lecteurs et de partager des prises de position affirmées. Si vous voulez exister sans budget d’acquisition et avec une récurrence de publication moins forte que votre concurrent, eh bien il faut être astucieux ! Encore plus lorsqu’on s’adresse à des professionnels dont le temps est compté.

Mais attention, cela ne suffit pas ! Il faut en effet être capable d’entretenir le lien avec sa communauté et de tenir la promesse sur la durée. « Petit Web » c’est une incarnation, une identité, un style d’écriture, la volonté de mettre en avant les gens derrière les projets, la notion de rendez-vous. Rien de plus, mais si vous arrivez à donner cette ambition à votre média tout en gardant la qualité comme modèle, vous êtes en grande partie dans le bon.

Au diable les pages vues

Les « vanity metrics » vous connaissez ? Vous savez, tous ces indicateurs qui flattent l’ego comme le nombre de fans, de téléchargements, de pages vues… Eh bien vous pouvez oublier tout ça, et vous concentrer sur des KPIs qui présentent un réel intérêt pour votre activité. Partager un article sur un sujet pointu ayant trait à votre activité suscitera peut-être moins d’intérêt qu’un sujet sur les dernières tendances « social media » mais aura une forte valeur ajoutée pour votre cible. 

Pour ce qui est d’une newsletter, le nombre d’abonnés ne sera pas un gage de performance si seulement un tiers de la base est active. Par contre, ouvertures, clics et partages seront des métriques à prendre en compte pour mesurer l’engagement. De même, il n’est pas déconnant de croiser le nombre d’articles les plus lus avec ceux ayant généré le plus d’abonnements. Gardez en tête deux choses : recherche d’audience et maintien de la qualité. 

Avec les technologiques vous serez agile

Pourquoi investir dans une usine à gaz quand un outil plus simple peut vous fournir les données dont vous avez besoin ? Mailchimp, la solution e-mailing, nous a grandement facilité la vie et reste un outil que nous privilégions car elle a su évoluer dans le bon sens. Il en est de même pour le CMS WordPress. Nous avons connu trois version graphiquement très différentes (la première, par Uzik, la dernière par l’agence Intuiti), mais nous sommes toujours resté fidèle à WordPress. Tout simplement parce que cet outil répond entièrement à nos besoins. Utilisez des outils simples pour mieux appréhender ce que vous voulez faire ou mesurer, c’est aussi simple que ça. Encore faut-il être agile avec les technologies et capable de connecter différents outils entre eux.

Faîtes le deuil des modèles économiques “simples”

Valoriser une qualité éditoriale n’est pas une mince affaire, tant le nombre de “producteurs” de contenus est important aujourd’hui. Les médias sont à la recherche de la formule miracle, mais il n’y en a pas. 

La réussite de « Petit Web », sur le plan économique, résulte d’une multitude de tests. Nous avons cherché à diversifier les sources de revenu, au-delà de la publicité, afin de ne pas dépendre de quelques clients ou d’une seule catégorie d’annonceurs. Reste à ne pas perdre son âme à force de diversifications. Encore une fois, tout est question d’expérimentation et de cohérence, jusqu’à trouver le bon modèle économique.

PS : Benoit édite actuellement une nouvelle newsletter dans laquelle il partage ses réflexions. Pour la découvrir, c’est ici.