Média Decriiipt
30.09.20
4 MIN

Créé en 2005, Sarenza est un site e-commerce français de vente de chaussures et accessoires. L’égalité femme-homme a toujours fait partie intégrante de l’identité de la marque, notamment concernant la place et le “rôle” de la femme à la maison, au travail, dans l’art ou en politique.

Le digital qui rapproche

Pendant la crise du Covid, des situations problématiques familiales ont été exacerbées par la proximité, rendant ultra-visibles les situations que les femmes doivent supporter au quotidien. Condition de confinement difficile, maman solo, travail précaire, violence et autres isolements nous ont donné envie de réagir et d’accentuer notre engagement en faveur des femmes. Nous avons cette vision commune avec l’association En Avant Toute(s), que le digital, dans des situations d’emprise et de détresse, peut être un moyen très utile et très efficace pour sortir d’une situation compliquée, et nouer des liens que l’on ne pourrait ou n’oserait pas nouer dans le monde physique. Nous avons donc lancé l’opération Sandales Simone.

Une page cachée pour aider les femmes

Sandales Simone est un relai d’alerte sur les violences faites aux femmes accessible en toute discrétion sur le site Sarenza.com. Nous avons réalisé une page “cachée” qui se dévoile en tapant le code Sandales Simone dans la barre de recherche et permet d’avoir accès gratuitement 6j/7 au tchat de l’association En Avant Toute(s). L’objectif est d’aider les femmes subissant des violence afin d’échanger avec un·e professionnel·le, sans qu’aucune trace ne figure dans leur historique de navigation à part le fait qu’elles sont allées regarder des chaussures ou des robes sur Sarenza.

Simone, un hommage

Nous souhaitions un nom de code mémorisable, positif sous forme de clin d’oeil. L’objectif étant toujours de protéger les femmes victimes de violence. Simone c’est une façon de rappeler quelques égéries notables du combat pour l’égalité des droits des femmes.

2 mois pour tout changer

Nous avons eu l’idée initiale que nous avons proposé à l’association En Avant Toute(s), parce que nous utilisons déjà le tchat  pour le service client. La concrétisation de la mécanique a été le fruit d’une collaboration étroite avec d’un côté l’association pour comprendre les besoins essentiels et de l’autre, notre équipe DSI pour trouver des solutions techniques facilement déployables pour répondre à une question d’urgence. Ce dispositif, inédit, à été monté en moins de 2 mois. Ce projet prend son sens pour chacune mais aussi pour les hommes qui composent la communauté de Sarenza, et la mobilisation a été énergisante.

Le début d’un programme d’action solidaire

Chez Sarenza, être engagé, c’est avoir le sentiment que ce que vous faites au quotidien dans votre entreprise, est cohérent avec vos valeurs, et votre propre engagement. C’est une opportunité de partager avec nos collègues des choses qui nous tiennent à cœur, ça renforce les liens. La crise, qui nous obligeait à distancier les liens physiques, a révélé la puissance de mobilisation et a fait prendre conscience à chacun de l’importance de cette attention sincère à l’autre, dans cette situation inédite. Elle a libéré les initiatives, parce que l’utilité des actions mises en place étaient une évidence aussi bien pour les collaborateurs eux-mêmes que pour les clients. Nous sommes en train de travailler un accompagnement avec la Fondation des Femmes, une action sur la base de volontariat permettant aux collaborateurs et collaboratrices de s’impliquer au delà des actions organisées par l’entreprise.

Jusqu’à 15 prises de contact par jour

Le constat est glaçant. L’association nous a remonté une centaine de contacts via ce lien, avec entre 10 et 15 contacts par jour, en passant en moyenne 57 minutes avec chaque “victime”. Ces contacts allaient de simples questions sur une relation amoureuse qui entre en déséquilibre, jusqu’à des situations beaucoup plus extrêmes. L’anonymat du tchat permet de libérer la parole. Ce dispositif confirme que cela permet d’aider et de soutenir toutes les femmes subissant des violences, quel que soit leur âge ou leur milieu.

Se sentir concerné·e : la clef pour lancer ce type de dispositif

Quelle que soit la cause, ce qui fera la réussite d’un projet, c’est que la cause résonne avec les préoccupations des équipes internes et celles des client·e·s de la marque. Permettre à chacun d’agir, à son échelle, pour une cause pour laquelle il se sent concerné, donne simplement une bouffée d’énergie, qui est communicative. S’engager ce n’est pas une question de moyen financier, mais prendre le temps de partager avec chacun le sens du projet, et en quoi chacun peut contribuer.